CONTACTEZ-NOUS : +33 (0)4 93 80 25 47

Pourquoi cette journée des droits des femmes m’a plus enthousiasmée que consternée

1

Ça avait mal commencé : dans ma boite mail apparaissaient des promos pour ma marque de crème préférée à -25%, même mes copines postaient toutes fières les bouquets de roses expédiés par leur boss (merci aquarelle.com, même plus besoin de perdre du temps à se déplacer ni à choisir avec le fleuriste), bref ça ressemblait plus à une Saint Valentin ou à la journée des secrétaires (pardon on dit assistantes) qu’à la journée des droits des femmes.

J’ai pensé que mes Simone devaient froncer les sourcils et lever les yeux au ciel …

 

Et puis ma journée En Voiture Simone a démarré : une vingtaine de femmes de tous âges, enthousiastes et souriantes, sont arrivées à La Verrière pour vivre cette journée ensemble, et le soleil s’est levé.

Sous des sourires et des fou-rires liés au fait que nous nous reconnaissions à chaque étape, Nathalie de Rêv’elle coaching nous a parlé du syndrome de l’imposteur, que nous vivons toutes dans notre chair, nous a donné des clés pour se sentir légitimes, et surtout incitées à aller vers nos rêves en sortant de notre zone de confort, par petits pas successifs.

Puis les vibrantes Jennifer et Noémie d’Initiative Nice Côte d’Azur nous ont éclairées avec passion et bonne humeur sur les aides pour l’entreprenariat au féminin, la complémentarité des acteurs locaux en la matière, l’intérêt de participer aux concours, au moins au plan local, pour se faire connaître et communiquer, et enfin participer à des évènements, suivre des réseaux.

C’était alors le tour de Sandie de My Marketing Manager qui a joyeusement démoli les mythes du parfait entrepreneur, pour mieux nous guider dans les premières étapes du démarrage d’une entreprise, et les méthodes et outils des start-ups pour progresser vite, et pouvoir changer rapidement de cap si nécessaire.

L’ai-je déjà dit, le soleil brillait, et nous sommes allées en profiter, dans la perspective d’un après-midi tout aussi passionnant et souriant.

Au retour nous étions prêtes à écouter Flora Desbrosses, consultante en stratégie social media, nous expliquer de sa façon aussi concrète que précise et utile, comment communiquer et se faire connaître, surveiller son e-réputation, développer son personal branding sur les réseaux sociaux.

Puis Marion de Lobbying & Prospective, nous a fait part de son point de vue sur le management au féminin, dont on peut dire que peu d’entre nous le partageaient, mais déclenchant avec bonne volonté une controverse salutaire et dynamique, en commençant par les codes vestimentaires au 21è siècle, sur l’intérêt ou non de casser les codes dans leur ensemble, et la difficulté que nous avions encore à être nous-mêmes… Belle introduction au débat qui allait suivre.

La journée se terminait presque, lorsque nous avons accueilli Sophie de La Nouvelle Herboristerie, Claudie de Mouvement Com, et Céline d’Émilie and the Cool Kids pour un passionnant débat sur l’audace, ponctué d’échanges sur leur respectivement 4 ans, 11 ans, et plus de 20 ans d’expérience de chef d’entreprise. Alléger sa vie, se mettre en déséquilibre pour mieux avancer, ne pas avoir peur des ruptures, tels étaient les thèmes abordés entre émotion et rires, et qui nous ont permis de nous diriger doucement vers la cuisine où nous attendait un apéritif qui a permis à chacune de continuer à échanger, jusque tard dans la soirée pour les plus passionnées.

En quittant La Verrière, et en regardant en souriant notre affiche du collectif Merci Simone émaillée de signatures des participantes, je me suis dit que finalement, cette journée avait été très belle.

Mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser à ce qu’elle avait été en dehors de notre petit microcosme, comme je ne peux m’empêcher de faire un clin d’œil à mes clients et amis chefs d’entreprise masculins :

 

L’année prochaine, Messieurs, au lieu de commander d’un clic des fleurs parfaitement déplacées et qui dureront ce que durent les roses, faites travailler vos neurones, votre empathie, et offrez aux femmes ce dont elles ont vraiment besoin : de l’égalité, de la reconnaissance de leur talent, de l’adaptation à leur vie personnelle (télétravail, horaires décalés, flexibilité…) pour alléger leur charge mentale…  un progrès, même petit, dans leur vie quotidienne qui durera toute l’année.

Et si vous réfléchissez un peu sur l’implication de ce geste, vous conviendrez avec moi que cela ne vous coûtera peut-être même pas plus cher…..

 

Partager :

Un commentaire

  1. Occo Hellendoorn le

    Oui, c’est tout simplement vrai….
    Mais je ne suis pas sûr que tous les hommes soient aussi inconséquents que ceux décrit ni même qu’aucun ne souffre du syndrome de l’imposteur, par exemple…
    Et la consternation me touche pour bien d’autres sujets que la relation au femmes,
    malheureusement.
    J’en suis arrivé au même point que vous : faire exister un monde compatible avec ma sensibilté dans un cercle choisi et expliquer ma position à ceux qui marquent un intérêt.
    P.S.: je suis un homme, mon prénom ne l’indique pas, en France.

Laisser un commentaire